Le Forum romain, la place publique où se croisent culture et économie

Rome, Italie

Pour des raisons pratiques, nous avons pris le parti de diviser le Forum romain (Foro romano) en deux sections : ouest et est. La visite d’effectue depuis plusieurs accès. Vous pouvez pénétrer sur le site par la Via dei Fori Imperiali, ce qui permet de se repérer plus aisément dans l’enchevêtrement complexe des ruines.

Vous explorerez d’abord la partie la plus ancienne, à l’ouest, puis continuerez le long de la via Sacra pour découvrir le reste. Il est également possible d’accéder au lieu en empruntant la via Clivus Capitolinus qui descend en serpentant depuis le Palazzo Senatorio sur le Capitole, d’où vous jouirez d’un magnifique panorama.

La section Ouest du Forum romain

Si vous choisissez l’accès par la via Clivus Capitolinus, vous admirerez lors de votre descente huit hautes colonnes de granit au chapiteau ionique. Elles appartiennent au pronaos ou portique du temple de Saturne (Tempio di Saturno). Élevé au tout début de la République, il fut restauré au IIIe siècle, après un incendie.

C’est ici que l’on gardait le trésor public. Selon la tradition romaine, Saturne aurait régné sur le Latium après avoir été chassé de l’Olympe par Jupiter. Ce dieu aurait enseigné l’agriculture aux romains qui le fêtaient sept jours durant au mois de décembre, à l’occasion des Saturnales, où toutes les libertés étaient permises. L’inscription gravée sur l’architrave, "Senatus Populusque Romanus" (Le Sénat et le peuple romain), figure aujourd’hui encore sous forme d’initiales (SPQR) sur les plaques d’égout et les bus de la Ville éternelle.

Nous voici dans le Forum juste derrière les Rostres, terme désignant les tribunes où s’exprimaient les orateurs. L’aire dégagée et rectangulaire, qui s’étend depuis les Rostres et que signale une barrière en métal, délimite la zone du Forum accessible au public. Sur chacun de ses côtés, se dressent les restes d’une basilique, que vient compléter le temple de César. D’environ 120 m de long sur 50 m de large, le Forum symbolisait l’esprit ouvert de la démocratie. Il n’abrita pendant plusieurs siècles que les trois arbres sacrés de Rome : le figuier, l’olivier et la vigne.

Recouvert de travertin sous le règne d’Auguste, le premier empereur, il se remplit, sous l’Empire, de colonnes, d’arcs de triomphe et même d’une statue équestre de Domitien, dont il reste le socle. Au centre, la colonne de Phocas (Colonna di Foca) fut érigée en 608, en hommage à l’empereur byzantin éponyme. C’est le dernier monument élevé sur le site, mais la colonne provient d’un édifice plus ancien. Ce type de réutilisation ira croissant avec la décadence de l’Empire.

À proximité de la colonne de Phocas se dresse l’arc de Septime Sévère (Arco di Settimio Severo) avec ses trois arches élégantes. Il fut érigé en 203 pour commémorer le dixième anniversaire du règne de l’empereur et sa victoire (ainsi que celle de ses fils, Geta et Caracalla) sur les Parthes. Ses proportions en font l’un des plus harmonieux du genre.

Notez, en particulier, sur les socles des colonnes, les statues de Barbaresqui semblent supporter tout le poids du monument. Passez sous l’arc et empruntez la courte descente. Immédiatement à votre gauche se dessine un petit enclos protégé par une barrière en métal et pavé de calcaire bleu gris.

En contrebas, se tient la Lapis Niger ou pierre noire (en fait un dallage de marbre noir) qui signale l’emplacement d’une tombe très ancienne, peut-être celle de Romuls, à moins qu’il ne s’agisse d’un petit sanctuaire consacré à Vulcain, le dieu du feu et des métaux, l’un des plus vieux du Panthéon romain. Elle porte en tout cas une inscription latine du VIe siècle avant J.-C., la plus ancienne que l’on connaisse.

Tout à côté se profile la Curie (Curia), siège du Sénat, bâtie sous Jules César, puis reconstruite par Dioclétien en 283 à la suite d’un incendie. Convertie en église chrétienne au VIIe siècle, elle est en excellent état de conservation. Ses portes d’origine en bronze se trouvent maintenant à Saint-Jean-de-Latran. Celles que vous voyez sur place sont une copie. Le pavement de marbre présente de beaux motifs géométriques polychromes, exemple de pose en opus sectile. Les sénateurs installaient leur chaise curule sur les larges gradins, d’un côté ou de l’autre en fonction de leurs opinions du jour.

Poursuivez votre visite le long de la via Sacra. La basilique Émilienne (Basilica Aemilia), à votre gauche, fut érigée en 179 avant J.-C. pour servir de tribunal. Elle se composait d’une large nef centrale et de deux collatéraux plus petits. De l’autre côté du Forum, la basilique Julia (Basilica Giulia), le second tribunal de l’époque de la République, fut plusieurs fois reconstruite à la suite d’incendies. Sous l’Empire, elle abritait le tribunal des Centumvirs. Ces derniers jugeaient les affaires civiles, et en particulier les problèmes d’héritage. Sur ses marches, les plaignants qui attendaient leur tour ont gravé des damiers sur lesquels ils pratiquaient des jeux semblables aux échecs.

Infos pratiques

  • Entrées : piazza Santa Maria Nova ou via Clivus Capitolinus
  • Transports : Rome, Metro B, Colosseo
  • Durée de la visite : 1 heure 30
  • Ouvert tous les jours saufs le 1er janvier, 1er mai et 25 décembre
  • Billet jumelé avec le Palatin et le Colisée : 12€

Galerie Photos

Vue générale sur le Forum Romain

Vue générale Forum romain

Les colonnes de la façade de la Basilique Julia, qui servait de Palais de Justice

Colonnes façade Basilique Julia

L’Arc de Titus, érigé par l’empereur Domitien en 81 ap. J.-C.

Arc de Titus

L’Arc de Septime Sévère et la Curie romaine

Arc Septime Sévère Curie Forum romain

“ À travers ce lieu, le forum, les Romains se retrouvent toujours.
C’est ainsi un lieu de souveraineté populaire
parce qu’il est celui de la sociabilité urbaine. ”

Sur le côté est de la basilique Julia, on aperçoit les trois gracieuses colonnes corinthiennes en marbre de Paros du temple des Dioscures (Tempio dei Dioscuri), les jumeaux Castor et Pollux, fils de Jupiter.

Il fut édifié en 484 et plusieurs fois reconstruit. D’après la légende, ces deux frères auraient aidé les Romains contre les Latins au cours de la bataille du lac Régille (vers 496 avant J.-C.). Ils auraient ensuite abreuvé leurs blancs destriers à la fontaine du Juturne, juste à côté du temple.

Le temple de César (Tempio di Cesare) fut érigé en 29 avant J.-C par Auguste. Il occupe l’endroit où le dictateur fut incinéré après son assassinat par Brutus, en 44 avant J.-C. L’oraison funèbre de Marc Antoine émut à tel point la populace qu’on décida de ne pas brûler le corps sur le champ de Mars comme c’était la tradition, mais devant la Regia, aujourd’hui totalement en ruine.

Cette dernière était la résidence du Pontifex Maximus, le plus haut dignitaire religieux de la Rome antique (le titre de "souverain pontife" échut plus tard aux papes). Selon la légende, le successeur de Romulus, Numa Pompilius, fondateur de la religion romaine, y aurait vécu.

Bien que sujette à controverse, la divinisation de César fit des émules et certains empereurs instaurèrent même leur culte de leur vivant. En tout cas, il ne reste du temple que des vestiges peu évocateurs. Ils permettent toutefois de profiter d’une belle vue sur la partie ouest du forum avec, au fond, l’imposant Tabularium.

La Section Est du Forum Romain

Pour visiter cette partie du forum, dépassez le temple de César en direction de l’arc de Titus, puis suivez la via Sacra à travers les bosquets de cyprès et de lauriers. Progressez en marchant à gauche du temple et arrêtez-vous devant les marches (sur votre gauche) du temple d’Antonin et Faustine (Tempio d’Antonino e Faustina) dont la colonnade massive domine un podium. Il fut érigé en 141 par Antonin à la mort de son épouse, puis consacré au culte de l’empereur défunt avant d’être transformé en église chrétienne. Notez l’inscription "Divo Antonino" sur l’entablement au-dessus des colonnes, un ajout à la dédicace initiale.

À votre droite, de l’autre côté du fouillis des restes de la Regia, vous apercevrez le temple de Vesta (Tempio di Vesta), déesse du feu domestique, et la maison des Vestales et son Atrium, où vivaient les six prêtresses gardiennes du feu sacré. Le temple, très ancien, fut reconstruit par Septime Sévère au début du IIIe siècle.

On dit que sa forme circulaire, assez inhabituelle, s’inspirait des huttes primitives au centre desquelles brûlait un foyer. Le culte de Vesta était de première importance à Rome, où il symbolisait l’unité religieuse de la cité. Il perdura jusqu’au IVe siècle, même après l’instauration du christianisme comme religion d’état.

Choisies vers l’âge de six-huit ans parmi les filles de patriciens, les vestales servaient pendant trente ans. Elles jouissaient d’un énorme prestige, presque équivalent à celui des femmes de la famille impériale. Elles devaient, en revanche, préserver leur virginité sous peine de périr enterrées vivantes. La taille de leur résidence (une cinquantaine de pièces) laisse imaginer les conditions de confort dans lesquelles elles vivaient. L’immense atrium, agrémenté de trois grands bassins, était entouré d’une colonnade et d’un bâtiment à deux étages.

De retour sur la via Sacra et légèrement plus loin, le petit temple de Romulus (Tempio di Romolo), également circulaire, servit peut-être de vestibule au temple de la Paix de Vespasien, aujourd’hui remplacé par la basilique Saint-Côme-et-Damien (Basilica Sainti Cosma e Damiano). Les vantaux de bronze de sa porte datent du IVe siècle et fonctionnent toujours parfaitement.

L’abside de la basilique s’orne d’une superbe mosaïque du VIe siècle, rare exemple de style antique tardif, associant le naturalisme romain aux premiers apports byzantins. Elle représente le Christ bénissant en compagnie des saints Côme, Damien, Pierre et Paul. En dessous, entre les villes saintes de Bethléem et de Jérusalem, douze moutons figurent les apôtres.

L’immense basilique de Maxence ou de Constantin (Basilica di Massenzio o di Costantino) constitue le monument le plus impressionnant du Forum. Sa nef centrale atteignait 35 m de hauteur. Elle fut commencée par Maxence en 306-312 et achevée par Constantin, après sa victoire sur ce dernier au pont Milvius en 312 et son accession au trône. La statue colossale de Constantin, dont des morceaux sont exposés dans la cour du Palazzo des Conservatori, s’élevait à cet endroit.

En continuant de remonter la via Sacra, vous verrez de grandes marches qui débouchent sur une vaste aire ouverte. Ces escaliers sont les seuls vestiges des deux temples édifiés sous Hadrien, au IIe siècle, et reconstruit sous Maxence à la suite d’un incendie.

Le temple de Rome (Tempio di Rompa) regardait le forum, et le temple de Vénus (Tempio di Venere), le Colisée. Ils étaient reliés l’un à l’autre par leur abside. L’église Sainte-Françoise-Romaine, appelée également Santa Maria Nova (Santa Francesca Romana) a été érigée sur les fondations du temple de Rome. Son joli cloître transformé en musée des Antiquités (Antiquarium Forense) contient des fragments de marbres issus des diverses fouilles. Ses salles renferment des urnes funéraires, des objets en verre et des céramiques ainsi que plusieurs squelettes romaines. On pénètre dans l’église par la via dei Fori Imperiali.

Plus loin, la via Sacra débouche sur l’arc de Titus (Arco ti Tito), terminé en 81, après la mort précoce de l’empereur, pour célébrer sa victoire en Palestine et la destruction de Jérusalem en 70. Il est orné de magnifiques bas-reliefs, dont une apothéose de Titus, montrant un aigle emportant l’âme de l’empereur dans l’au-delà. Le bas-relief sous le côté sud de la voûte dépeint son retour triomphant à Rome accompagné d’esclaves et du butin du temple de Salomon (notez la menorah ou chandelier à sept branches). Jusqu’à la fondation d’Israël en 1948, les Juifs de Rome s’abstenaient de passer sous l’arc.

Plan du Forum Romain

Vue générale 360°

Galerie Photos

Le temple d’Antonin et Faustine

Temple Antonin et Faustine

Une allée pavée

Allée pavée Forum romain

L’église Santa Francesca Romana

Eglise Santa Francesca Romana

A propos

Passionnés de voyages et de découvertes, nous vous proposons de découvrir des photos originales, propices à l’évasion. Parcourez musées et chemins de randonnées, grandes capitales et petits villages, et émerveillez-vous devant toutes les beautés de notre monde. Préparez votre voyage et partez à la rencontre de gens accueillants et chaleureux, témoins de cultures différentes mais tellement enrichissantes.

Aller en haut